Utilisateurs en ligne

· Invités en ligne : 1

· Membres en ligne : 0

· Membres enregistrés : 1
· Membre le plus récent : ymasse

Les expertises : l'art de nuire par la supercherie pure et simple

2/ J'accuse
Les expertises : l’art de nuire par la supercherie pure et simple

Aussitôt après l'explosion de l'engin incendiaire, le matin du 16 décembre 1994, les gendarmes perquisitionnent le domicile de M. Massé puisque les victimes viennent de le désigner : c'est lui, M. le gendarme !

Ils trouvent dans la cuisine une bouteille de vin ordinaire avec un bouchon rouge en plastique, comme il y en a des millions en France.

Ils trouvent une seule bouteille.

Il n'y en a qu'une seule car M. Massé achète son vin en cube de plastique et ne se sert de la bouteille que pour le porter à table. Et quand la bouteille est sale, il la jette et il en prend une autre.

La contenance de cette bouteille est de 75 centilitres. C'est écrit sur le culot.

Inscription 75cl sur les culots de bouteilles 1    Inscription 75cl sur les culots de bouteilles 2


L'engin incendiaire contenait, lui, cinq bouteilles de vin remplies d'essence avec un bouchon rouge.

Le matin même de l'explosion, on a appelé l'expert sur les lieux et l'expert a fait ses constatations.
Au milieu des multiples débris, il a vu les morceaux de bois, il a vu la batterie dans un coin, il a vu les bouts de verres.

Il a vu des goulots de bouteille, avec un bouchon de plastique rouge, et il a vu des culots de bouteille qui trainaient par terre avec les débris, c'est ce qu'il écrit dans le rapport de 5 pages qu'il a mis deux ans pour rédiger : j'ai vu « quelques culots ». Après cinq ans, il a encore eu le temps de bien réfléchir, il a eu une illumination et il s'est soudain souvenu que les culots « étaient brisés ». Mais il les a vu, il en témoigne.


QUATRE SUPERCHERIES POUR FAIRE TENIR L'ACCUSATION

Alors ?
A-t-on enquêté pour savoir si M. Massé aurait pu acheter d'autres bouteilles de vin avec un bouchon de plastique rouge ?

Pensez-donc, c'est inutile puisqu'on a décidé qu'il était coupable. Vous ne voudriez pas qu'on enquête sérieusement en plus !

Mais va-t-on dire, les 5 bouteilles ne peuvent pas venir de chez lui, sinon il aurait vite jeté la bouteille de 75 centilitres. N'importe quel poseur de bombes s'en serait vite débarrassé. S'il l'a gardée, c'est justement qu'il n'a pas de lien avec le colis ?

Ah mais non répond notre génial expert, vous ne comprenez rien : j'ai vu les culots, j'ai vu les goulots, je les ai aperçus sur place. J'affirme que les bouteilles du colis piégé font aussi 75 centilitres ! Foi d'expert !.
Dans ma fertile imagination, cela pourrait être les mêmes !

Mais M. l'expert, sur les photos, les goulots des bouteilles du colis ont deux collerettes, comme celles qui font 1 litre, alors que celle de M. Massé n'en a qu'une, comme celles qui font 75 centilitres ?

Les goulots de bouteilles de 75cl et 1l (a)    Les goulots de bouteilles de 75cl et 1l (b)


Vous n'y comprenez rien, je suis le génial expert et c'est la première de mes supercheries : on ne dira pas aux jurés que les bouteilles de 1 litre ont une deuxième collerette fine au contraire de celle de 75 centilitres. Je suis nommé par le juge tout de même, on ne va pas l'ennuyer avec des détails inutiles, il m'a dit que M. Massé serait de toute façon coupable, donc c'est déjà décidé : j'affirme ! Vu les goulots, vu les culots : elles font 75 centilitres. Ça ne se discute pas, c'est comme je l'ai dit.

Et en plus regardez, j'ai induit les juges en erreur et j'ai induit les jurés en erreur avec un schéma complètement faux ! Une deuxième supercherie !
J'ai mis la batterie horizontalement et l'une des bouteilles est posée dessus ! C'est quand même fort non ? Et j'ai mis cinq années pour me satisfaire de ce beau petit croquis !

Schéma du colis par Daniel Van Schendel


Mais une bouteille ne peut pas reposer en équilibre sur un bout de batterie, elle va s'entrechoquer, elle va faire du bruit, elle sera trop instable ?

C'est pour cela répond notre génial expert qu'il faut pencher la bouteille – [c'est stupide parce qu'il dit en même temps que le colis est bien fait, par un technicien hors pair comme M. Massé (comme par hasard…), et sur son croquis il ne prend même pas la peine de la représenter penchée…].

Ne m'ennuyez plus avec vos collerettes, les bouteilles faisaient 75 centilitres parce que la bouteille penche ! Une troisième supercherie, je ferai croire aux jurés que la bouteille penchait !

La bouteille de 1L qui penche à cause de la batterie


Si elle faisait un litre, elle pencherait trop ! Si elle fait 75 centilitres, elle penche un peu moins. Voilà l'explication, c'est ce que j'ai écrit dans mon rapport, sinon on ne va plus rien y comprendre. À une page je dis que c'est à cause de la forme des culots, à une autre que c'est à cause de la forme des goulots et après je dis que c'est parce qu'elle penche trop si elle fait un litre… Je ne sais plus trop ce que je raconte en fait.

Mais M. l'expert, c'est complètement idiot de pencher la bouteille, c'est que vous n'avez pas bien placé la batterie, la personne qui a fait le colis a dû voir qu'elle ne rentrait pas horizontalement et elle l'a collée aux parois VERTICALEMENT. C'est tellement plus simple.
Et à ce moment là, les bouteilles de un litre rentrent très bien, d'ailleurs on dirait que les dimensions de la boîte ont été calculées tout exprès.


Mais puisque le juge nous dit qu'il est coupable, on ne va pas vérifier ce genre de détail, la position de la batterie, foutaises, moi je dirai aux jurés que je suis le génial expert, que la batterie était horizontale et ça sera la quatrième supercherie, et que donc la bouteille penchait, et que si elle penchait il fallait qu'elle fasse 75 centilitres et donc je dirai, comme le juge qui n'enquête qu'à charge, que M. Massé est coupable.

Mais de toute façon, les bouteilles, rien qu'à la vue de la forme des goulots, elles ne se ressemblent pas ?

Mais on ne va pas le dire aux jurés et aux juges, il faut qu'ils croient que les bouteilles du colis pourraient être - peut-être - comme celle qu'on a trouvée chez lui !

C'est cela Monsieur, l'art de nuire de l'expert en faisant croire des choses avec des petites supercheries,
et comme les jurés ne savent pas,
et comme le président des assises fait lui aussi des enquêtes à charge avant de conduire les débats,
comme ses avocats disent à M. massé qu'il est plus convenable de ne pas apporter la boîte qu'il a fabriquée pour démontrer que les bouteilles de 1 litre rentrent parfaitement,

tout le monde finit par aller dans le même sens…


OÙ SONT PASSÉS LES CULOTS ?


MAIS AU FAIT, VOUS NOUS DITES QU'IL Y AVAIT DES CULOTS PARMI LES DÉBRIS ? SI LES BOUTEILLES FONT 75 CENTILITRES, ALORS C'EST QUE C'EST ÉCRIT DESSUS ?

Ah c'est vrai, on a saisi tous les goulots, les cinq, ils sont mis dans des scellés séparés et très bien décrits et répertoriés, mais en revanche les culots, on ne sait plus où ils sont.

Ah ?

Oui, il y a bien des débris de verre parmi les scellés, mais aucune trace des culots, ce ne sont pas les bonnes épaisseurs de verre. On ne sait même pas si les gendarmes les ont saisis. Peut-être que lorsqu'ils ont vu l'inscription sur le culot de la bouteille que possédait M. Massé, ils se sont dit qu'il était inutile de les isoler. Aujourd'hui ils sont apparemment introuvables, ont-ils même véritablement été saisis ?


Mais alors, M. Massé a été condamné sur la foi de pièces secrètes ?

Oui, comme le capitaine Dreyfus.



P.S. : le génial expert Daniel Van Schendel s'est ensuite « occupé » de l'affaire de l'explosion de l'usine A.Z.F. Mais là, soyons en persuadés, il ne pouvait être question de supercheries.

Commentaires

Aucun Commentaire n'a été publié.

Publier un Commentaire

Connectez-vous pour publier un Commentaire.
Page réalisée en 0,02 secondes
4,018,996 visites uniques